Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Notre analyse du budget de l’Ontario 2024-2025​

Notre analyse du budget de l'Ontario 2024-2025

Toronto, 26 mars 2024  Impact ON a examiné attentivement le dernier budget provincial de l’Ontario pour 2024-2025 afin d’en livrer une synthèse, mettant en lumière à la fois ses aspects positifs et les quelques questions qu’il soulève.

Tout d’abord, il est indéniable que le contexte économique actuel de l’Ontario présente des défis importants, avec un déficit en augmentation et une dette publique élevée par rapport au produit intérieur brut (PIB). Impact ON constate que les défis cumulés de la croissance faible et de l’inflation sont une préoccupation majeure actuellement.

En ce qui concerne le logement, Impact ON salue les différentes stratégies proposées pour répondre à la crise du logement en Ontario. Cependant, il faut se demander si ces mesures seront suffisantes et mises en œuvre assez rapidement pour avoir un impact significatif. De plus, il est regrettable de constater l’absence de mesures spécifiques en faveur des coopératives d’habitation, qui ont prouvé leur efficacité dans la création de logements abordables et durables.

Dans le domaine de la santé, l’augmentation du nombre de places dans les résidences pour aînés est une bonne nouvelle. Cependant, et afin de ne pas revivre la situation désastreuse vécue lors de la pandémie de la COVID-19, il est important de pallier le manque de financement pour les soins à domicile, une composante essentielle du bien-être des aînés et qui coûte également moins cher aux contribuables. De plus, il n’est fait aucune mention de l’importance des coopératives ou des entreprises sociales dans ce secteur, qui offrent pourtant des services de grande qualité et centrés sur la personne. 

En matière de formation, l’allocation de fonds supplémentaires pour le développement des compétences est à saluer. Toutefois, il est impératif d’accorder une attention particulière pour garantir que ces fonds profitent à tous les travailleurs, y compris ceux issus de milieux défavorisés ou marginalisés.

Concernant l’énergie, l’accent est mis sur le nucléaire, et les filières d’énergies renouvelables telles que l’éolien et le solaire brillent de par leur absence de mention. Il faut également encourager une exploration plus approfondie de la biomasse forestière, qui pourrait offrir des opportunités de développement économique tout en préservant l’environnement. 

Dans le domaine de l’alimentation et de l’agroalimentaire, il est intrigant de constater une concentration si forte sur le thème de la réduction de la taxation sur l’alcool, au détriment d’autres sous-secteurs qui seraient réellement de première nécessité. Il est impératif de consacrer une plus grande attention à ces secteurs cruciaux pour l’économie de l’Ontario (agriculture, production d’aliments en Ontario, débouchés des produits, etc.), ainsi qu’au développement des communautés rurales. Il reste à espérer que les consultations en cours aboutiront bientôt à des priorités intéressantes, et au plus tard d’ici à la mise à jour économique d’automne.

La question du développement dans le nord de l’Ontario, notamment autour du Cercle de feu, demeure une préoccupation majeure, et ce, depuis des années. Des progrès concrets sur ce front demeurent à être vus, afin de stimuler l’économie régionale et de créer des emplois durables pour les communautés locales et notamment des Premières Nations.

En ce qui concerne le soutien communautaire, l’octroi de fonds supplémentaires pour l’infrastructure des sports et des loisirs est à célébrer. 

Sur les coopératives, bien que l’article sur l’appui fédéral aux caisses populaires soit louable, nous rappelons que le soutien provincial est tout aussi crucial pour favoriser le développement et la croissance des coopératives en Ontario. 

Enfin, il est important de célébrer le financement octroyé à la Fédération des gens d’affaires de l’Ontario pour appuyer notre communauté francophone. Par ailleurs, la Province souligne qu’elle égale les fonds fédéraux investis en francophonie, mais cela mérite de se poser la question de façon approfondie sur la liaison entre la francophonie et le financement fédéral, soulignant les risques de dépendance et la nécessité de politiques provinciales plus robustes pour soutenir ses communautés francophones.

En conclusion, le budget provincial de l’Ontario pour l’année 2024-2025 comporte à la fois des aspects positifs et des défis à relever. En tant qu’organisation engagée dans la promotion des entreprises à mission, et notamment des coopératives et entreprises sociales, Impact ON continuera à surveiller de près les développements futurs et à plaider en faveur de politiques qui favorisent l’épanouissement socio-économique et le bien-être de tous les Ontariens.

-30-

À propos d’Impact ON :

Organisation chef de file du développement économique, social et communautaire en Ontario, Impact ON propulse des idées, des démarches et des projets d’impact.

Nous stimulons le développement communautaire, nous provoquons la connexion des talents, nous produisons de la recherche appliquée et nous soutenons l’émergence et la croissance des organisations à mission, en premier lieu des coopératives et des entreprises sociales. Mais avant tout, nous sommes une organisation d’impact, qui cherche chaque jour à créer un meilleur Ontario.

Plus d’informations : impact-on.com

Contact

Paula Haapanen
Directrice principale – Pôle Innovation
paula.haapanen@impact-on.com
807 698-0002, poste 101

Infolettre

Nom(Nécessaire)
Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :
le Coordonnateur – Services en immigration du centre de santé communautaire du Grand Sudbury et l’agent principal du projet de la communauté accueillante de Sudbury.
Mon parcours personnel ou professionnel :
Mon parcours, qu’il soit personnel ou professionnel, a été varié. Initialement actif dans le domaine de la communication, du cinéma et de la gestion de projets dans mon pays d’origine la Côte d’Ivoire, mon expérience a pris un tournant différent a dès mon arrivé au Canada en 2015. Dans les premières semaines après mon arrivée, j’ai travaillé en tant que vendeur de fournitures de bureau et d’informatique pour une grande surface, puis en tant que technicien informatique dans une université locale. J’ai ensuite occupé un poste en tant qu’agent à la clientèle pour les comptes de visa, avant de m’engager dans le domaine de l’immigration. J’ai d’abord été l’agent d’appui du projet de la communauté francophone de Sudbury, puis l’agent de développement socio-économique du réseau de soutien à l’immigration francophone dans le nord de l’Ontario. Depuis septembre 2020, je suis le coordonnateur des services en immigration au Centre de santé communautaire du Grand Sudbury.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :
Je suis convaincu de l’importance de transmettre ces éléments et de la manière dont cela contribue à briser des stéréotypes et à favoriser l’inclusion. Je pense que mon parcours peut servir d’inspiration pour permettre à d’autres de se projeter, car j’ai pu atteindre mes objectifs grâce à des sources d’information fiables. Tout en reconnaissant que mon parcours n’est pas parfait en lui-même et n’a pas la prétention.
Quel stéréotype j’aimerais briser :

Je souhaite remettre en question le stéréotype selon lequel nous devrions tout recommencer à zéro, sans tenir compte de notre expérience professionnelle dans nos pays d’origine.

Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :
Comme évoqué précédemment, cette trajectoire repose sur la quête d’informations pertinentes.
Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :
La clé de la réussite de l’intégration réside dans la capacité à interpréter les signaux de l’information.La résolution des problèmes.
Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :
Je suis coordonnatrice de liaison communautaire pour le Bureau des affaires francophones de l’U EMNO. Je m’implique également dans cinq conseils d’administration francophones : 3 locaux, 1 provincial et 1 national. J’ai très à cœur la francophonie !
Mon parcours personnel ou professionnel :
Je suis originaire de France. J’ai immigré au Canada en 2016 et je me suis installée à Thunder Bay dans le Nord-Ouest de l’Ontario en 2018. J’ai travaillé dans le domaine de la défense des droits de la personne, de la communication et enfin dans le milieu de la santé et de l’enseignement.
J’aimerais apporter mon expérience, mes connaissances et mon vécu en lien avec :
En lien avec la semaine en immigration, je voudrais partager mon expérience en tant que femme immigrante francophone en milieu minoritaire, ainsi que mes connaissances dans le processus d’immigration. De même que pour le partage de mes expériences et conseils dans l’engagement communautaire.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :

Partager une expérience, un vécu, une émotion permet de briser un tabou ou un non-dit, de lutter contre l’isolement des personnes qui le vivent, et de sensibiliser les autres sur cette réalité.
Nous avons tous un parcours de vie et des histoires palpitantes à raconter qui font découvrir des perspectives différentes d’une même situation, qui sensibilisent sur les discriminations invisibles ou encore qui ouvrent les yeux sur une réalité méconnue.

Quel stéréotype j’aimerais briser :
Celui que les nouveaux arrivants, les immigrants ne veulent pas s’intégrer dans leurs communautés d’accueil.
Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :

Je ne pense pas que mon parcours soit unique, ou du moins, je ne veux pas qu’il le soit.
Le témoignage que je veux partager, c’est que le processus d’immigration est difficile, notre cadre de vie, notre personne et nos pratiques changent. Il est donc important d’apprendre à se redécouvrir, à redéfinir nos objectifs, à se réaliser pleinement.
Je ne me suis pas intégrée dans ma communauté, je me suis épanouie.

Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :
Ce qui me passionne, c’est la défense des droits des minorités (genre, linguistiques, etc.). Ce que j’aimerais transmettre c’est comment on peut s’impliquer pour servir cette cause et faire changer les choses.
Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :

une girl des médias et des communications.

Mon parcours personnel ou professionnel :
Mon parcours professionnel est une énigme magnifique. Je suis titulaire d’un Bac en droit privé , d’un MBA en ressources humaines et d’un DÉC en Relations publiques.
J’aimerais apporter mon expérience, mes connaissances et mon vécu en lien avec :
la semaine nationale de l’immigration francophone.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :

C’est en écoutant le cheminement/ le parcours des autres que l’on se sent inspiré. Il y a de la place pour tout le monde.

Quel stéréotype j’aimerais briser :

Penser que c’est impossible de vivre ces rêves .

Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :

Le témoignage de l’audace qui crée des opportunités.

Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :

Mon expérience d’immigrante.