Impact Week 2023

Days
Hours
Minutes
Seconds

Want to celebrate impact businesses and social purpose organizations (SPO) in a dedicated space? Want to raise awareness of who they are, what they do and how they work? Then get involved with Ontario Impact Week, taking place for the first time this year from November 6 to 10, 2023.

Impact Week is an opportunity to introduce impact businesses and social purpose organizations (SPOs) to the public and decision-makers, to raise awareness of their role and the economic and social value they bring to our communities.

Buy Social Canada defines social enterprises (impact business) as companies thart sell goods and services, integrate a social, cultural or environmental objective into their activity, and reinvest the majority ot their profits in their social mission.

The Canadian government defines SPOs as charities, non-profit organizations, social enterprises, cooperatives and businesses with a social mission.

All play an important role in solving socio-economic and environmental problems, and have a significant impact on the economy. By their very nature, they actively participate in advancing the United Nations’ Agenda 2030, and its 17 Sustainable Development Goals (SDGs).

We want to celebrate these players and showcase their activities!

In 2015, there were an estimated 10,000 social enterprises in Ontario that generated an average of $1.2 million in revenues, including almost $1 million in sales, and each generated an average of 38 jobs.

Ontario Government

According to Buy Social Canada’s study, the most common primary purpose for social enterprise was employment and skills training, at 35%.

It is estimated that there are likely to be more than 20,000 social enterprises operating in Canada.

GreenShield Canada, a health social enterprise, reported an annual revenue of CA $3.9bn in 2022.

Myth: Social enterprises aren’t profitable. Fact: The data shows that just over 70% of all social enterprises surveyed report their financial health to be breaking even, or better.

Sell with Impact: Stories and Research from the Canadian Social Enterprise Sector - Buy Social Canada, 2023

Social finance is the practice of making investments intended to create social or environmental impact in addition to financial returns. Social finance is a tool that seeks to mobilize private capital for the public good.

Canada’s Social Finance Fund (SFF) is a $755 million initiative that seeks
to accelerate the growth of Canada’s social finance market. Wholesalers will invest in existing or emerging social finance intermediaries, such as credit unions, community loan funds, and private equity firms. Social finance intermediaries will then invest in a range of diverse SPOs. Types of investments may include, loans, equity investments, or acting as a guarantor (co-signing a loan agreement).

The legal structures used to establish a social enterprise will vary across regions, cultures and economic systems. The variations are important as the diversity of social enterprise models results in greater global transferability.

Social Enterprise World Forum

In their 2022 study, the British Council and Social Enterprise UK estimate that there are over 11 million social enterprises around the world.

More in common: The global state of social enterprise, June 2022, British Council and Social Enterprise UK

Ontario has 58 000 non-profit organizations that contribute $65 billion to the economy.

Ontario Nonprofit Network

According to Statistics Canada, there are 84 000 social purpose organizations (SPO) in Canada that are not registered charities. This statistic only counts incorporated SPOs; the number inclusive of non-incorporated grassroots groups and associations is probably much larger!

Imagine Canada

The co-operative sector contributed $49.2 billion dollars towards the Gross Domestic Product (GDP) in 2019, totalling to 2.5% of the Canada’s GDP. Furthermore, the sector also paid $10.4 billion dollars in taxes to the federal government.

Economic Impact Report of Co-operatives and Mutuals in Canada, 2022

Caisse Desjardins Ontario paid out $12.8 million in member and community dividends in June 2021.

Annual report 2021
Previous slide
Next slide

Do you want to join an activity ?

In english and bilingual

2023 November

Week 2

Mon 30
Tue 31
Wed 1
Thu 2
Fri 3
Sat 4
Sun 5
Mon 6
Tue 7
Wed 8
Thu 9
Fri 10
Sat 11
Sun 12
Mon 13
Tue 14
Wed 15
Thu 16
Fri 17
Sat 18
Sun 19
Mon 20
Tue 21
Wed 22
Thu 23
Fri 24
Sat 25
Sun 26
Mon 27
Tue 28
Wed 29
Thu 30
Fri 1
Sat 2
Sun 3

In english and bilingual

2023 November

Week 2

Mon 30
Tue 31
Wed 1
Thu 2
Fri 3
Sat 4
Sun 5
Mon 6
Tue 7
Wed 8
Thu 9
Fri 10
Sat 11
Sun 12
Mon 13
Tue 14
Wed 15
Thu 16
Fri 17
Sat 18
Sun 19
Mon 20
Tue 21
Wed 22
Thu 23
Fri 24
Sat 25
Sun 26
Mon 27
Tue 28
Wed 29
Thu 30
Fri 1
Sat 2
Sun 3
  • No Events

  • No Events

  • No Events

  • No Events

  • No Events

No events found!

Virtual events

March 2024
No event found!

Do you want to host an activity ?

What should you do now

1 - Register

Tell us about your activity using our form here.

Register
2 - Mobilize

The more people and organizations mobilized, the more effective the action. Can you contribute to this effort? Are you in a position to amplify this initiative through your networks and in your neighbourhoods?

4 - Advocate

An important objective of this initiative is to get decision-makers to sit up and take notice of the impact created by the social economy, so direct communication with provincial decision-makers is planned. The message will encourage :
a) support for the promotion of alternative business solutions provided by the social economy,
b) increased financial and other resources for social enterprises, to put them on an equal footing with commercial enterprises,
c) a favourable regulatory environment to facilitate the work of the social economy sector.

Previous slide
Next slide

Do you need more information?

Paula Haapanen

807-698-0002 ext. 101

Senior Director
Team Innovation

Sponsors

Infolettre

Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :
le Coordonnateur – Services en immigration du centre de santé communautaire du Grand Sudbury et l’agent principal du projet de la communauté accueillante de Sudbury.
Mon parcours personnel ou professionnel :
Mon parcours, qu’il soit personnel ou professionnel, a été varié. Initialement actif dans le domaine de la communication, du cinéma et de la gestion de projets dans mon pays d’origine la Côte d’Ivoire, mon expérience a pris un tournant différent a dès mon arrivé au Canada en 2015. Dans les premières semaines après mon arrivée, j’ai travaillé en tant que vendeur de fournitures de bureau et d’informatique pour une grande surface, puis en tant que technicien informatique dans une université locale. J’ai ensuite occupé un poste en tant qu’agent à la clientèle pour les comptes de visa, avant de m’engager dans le domaine de l’immigration. J’ai d’abord été l’agent d’appui du projet de la communauté francophone de Sudbury, puis l’agent de développement socio-économique du réseau de soutien à l’immigration francophone dans le nord de l’Ontario. Depuis septembre 2020, je suis le coordonnateur des services en immigration au Centre de santé communautaire du Grand Sudbury.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :
Je suis convaincu de l’importance de transmettre ces éléments et de la manière dont cela contribue à briser des stéréotypes et à favoriser l’inclusion. Je pense que mon parcours peut servir d’inspiration pour permettre à d’autres de se projeter, car j’ai pu atteindre mes objectifs grâce à des sources d’information fiables. Tout en reconnaissant que mon parcours n’est pas parfait en lui-même et n’a pas la prétention.
Quel stéréotype j’aimerais briser :

Je souhaite remettre en question le stéréotype selon lequel nous devrions tout recommencer à zéro, sans tenir compte de notre expérience professionnelle dans nos pays d’origine.

Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :
Comme évoqué précédemment, cette trajectoire repose sur la quête d’informations pertinentes.
Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :
La clé de la réussite de l’intégration réside dans la capacité à interpréter les signaux de l’information.La résolution des problèmes.
Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :
Je suis coordonnatrice de liaison communautaire pour le Bureau des affaires francophones de l’U EMNO. Je m’implique également dans cinq conseils d’administration francophones : 3 locaux, 1 provincial et 1 national. J’ai très à cœur la francophonie !
Mon parcours personnel ou professionnel :
Je suis originaire de France. J’ai immigré au Canada en 2016 et je me suis installée à Thunder Bay dans le Nord-Ouest de l’Ontario en 2018. J’ai travaillé dans le domaine de la défense des droits de la personne, de la communication et enfin dans le milieu de la santé et de l’enseignement.
J’aimerais apporter mon expérience, mes connaissances et mon vécu en lien avec :
En lien avec la semaine en immigration, je voudrais partager mon expérience en tant que femme immigrante francophone en milieu minoritaire, ainsi que mes connaissances dans le processus d’immigration. De même que pour le partage de mes expériences et conseils dans l’engagement communautaire.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :

Partager une expérience, un vécu, une émotion permet de briser un tabou ou un non-dit, de lutter contre l’isolement des personnes qui le vivent, et de sensibiliser les autres sur cette réalité.
Nous avons tous un parcours de vie et des histoires palpitantes à raconter qui font découvrir des perspectives différentes d’une même situation, qui sensibilisent sur les discriminations invisibles ou encore qui ouvrent les yeux sur une réalité méconnue.

Quel stéréotype j’aimerais briser :
Celui que les nouveaux arrivants, les immigrants ne veulent pas s’intégrer dans leurs communautés d’accueil.
Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :

Je ne pense pas que mon parcours soit unique, ou du moins, je ne veux pas qu’il le soit.
Le témoignage que je veux partager, c’est que le processus d’immigration est difficile, notre cadre de vie, notre personne et nos pratiques changent. Il est donc important d’apprendre à se redécouvrir, à redéfinir nos objectifs, à se réaliser pleinement.
Je ne me suis pas intégrée dans ma communauté, je me suis épanouie.

Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :
Ce qui me passionne, c’est la défense des droits des minorités (genre, linguistiques, etc.). Ce que j’aimerais transmettre c’est comment on peut s’impliquer pour servir cette cause et faire changer les choses.
Dans la vie professionnelle/personnelle je suis :

une girl des médias et des communications.

Mon parcours personnel ou professionnel :
Mon parcours professionnel est une énigme magnifique. Je suis titulaire d’un Bac en droit privé , d’un MBA en ressources humaines et d’un DÉC en Relations publiques.
J’aimerais apporter mon expérience, mes connaissances et mon vécu en lien avec :
la semaine nationale de l’immigration francophone.
Pourquoi je pense qu’il est important de transmettre et comment cela participe à briser des stéréotypes et favoriser l’inclusion :

C’est en écoutant le cheminement/ le parcours des autres que l’on se sent inspiré. Il y a de la place pour tout le monde.

Quel stéréotype j’aimerais briser :

Penser que c’est impossible de vivre ces rêves .

Pourquoi mon parcours est unique et quel témoignage je peux apporter :

Le témoignage de l’audace qui crée des opportunités.

Qu’est-ce qui me passionne et que j’aimerais transmettre :

Mon expérience d’immigrante.